lundi 29 juin 2020

Cerises confites



On apprécie, toute l'année, les fruits confits, sucrés et fondants. 
Irremplaçables dans les cakes, très gourmands enrobés d'une couche fine de chocolat noir, et tout simplement délicieux, à picorer, quand on a un "petit creux".
Mais il y a fruits confits, et fruits confits. Trop souvent, ils sont colorés artificiellement, trop sucrés, au détriment du goût original, coupés en très petits cubes, rendant leur identification impossible. Sans parler des pseudos bigarreaux rouges et parfois verts ??? qui ne sont en fait que des billes de pastèque ou autre courge confites.
Et les bons fruits confits, que l'on trouve chez les artisans confiseurs, dont beaucoup sont en Provence, ont un certain coût, coût justifié par la matière première et le temps nécessaire à leur confection. Et il en faut du temps, pour confire une simple cerise.
Les écorces d'orange, de citron et de pamplemousse sont les plus faciles à réaliser, et, très souvent au moment des fêtes de fin d'année, nous en préparons sans trop de difficulté.
L'année dernière, devant l'abondante récolte de mon cerisier de Montmorency, j'ai essayé une méthode qui me semblait fiable, le résultat était satisfaisant, mais j'ai attendu une année entière, pour voir comment les cerises se conservaient au fil des mois. 
Elles sont toujours aussi moelleuses et, rangées dans un bocal en verre, aucune n'est abîmée. Alors, j'ai recommencé cette année, en en faisant un peu plus et je partage la recette avec grand plaisir.
Je vais tenter les fraises, mais j'en ai trop peu dans le jardin, aussi j'attends d'en trouver des belles et bio. Je partagerai l'expérience si elle est réussie.
Cette recette de fruits confits ne présente aucune difficulté, juste du temps, de la patience et des fruits sains, de préférence sans traitement.
Comme la préparation s'effectue sur 10 jours, avec des temps de pause entre chaque jour, le mieux est de noter au départ sur un papier, afin de ne pas perdre le fil,  la date, la quantité de sucre à rajouter, le temps de cuisson et celui de pause, et ainsi de suite : J1 J2 J3...

vendredi 26 juin 2020

Confiture Créole

La banane est un fruit qui ne connait pas les saisons, en effet on en trouve toute l'année, et pour la déguster, il y a deux clans, ceux qui l'aiment, un peu verte et ferme, et ceux qui l'aiment mûre, bien jaune et fondante. 
Mais il arrive que leur mûrissement soit très rapide, notamment quand il fait très chaud, et dans ce cas, les pauvres bananes finissent tristement leur vie dans la coupe à fruits.
C'est là, que le plan B tombe à point nommé ! 
Elles vont doucement cuire dans un sirop de sucre, avec quelques zestes et un jus de citron, un soupçon de cannelle et du rhum, pour devenir une confiture à la saveur créole.
En raison de la présence du rhum, elle ne convient pas trop pour le petit-déjeuner, vous l'apprécierez plus à la fin d'un repas, avec du fromage blanc ou sur une tranche de brioche.

lundi 24 février 2020

Pastizzu à la semoule et aux pommes caramélisées au beurre salé, sans gluten


Le pastizzu est un dessert corse, son nom signifie pâte. Traditionnellement, c'est un dessert simple, composé de pain rassis, de lait, de sucre et d’œufs, que l'on aromatise avec un zeste de citron.
Aujourd'hui, le pastizzu a beaucoup de déclinaisons, bien souvent le pain est remplacé par de la semoule de blé et enrichi avec des fruits secs ou des pommes.
Pour en faire un dessert sans gluten, j'ai remplacé la semoule de blé par de la semoule de maïs. La semoule de millet ou toute autre semoule de céréale sans gluten convient parfaitement.

mercredi 19 février 2020

Le délicieux velouté de Sandrinne

Régulièrement, nous nous retrouvons entre amis, pour partager un bon repas, chacun apportant un plat salé ou sucré. Ce sont autant d'occasions de découvrir nos petits talents culinaires, nos spécialités, nos recettes de famille.
Ainsi, Sandrinne a apporté un délicieux velouté qui a fait l'unanimité autour de notre table. Elle a bien voulu me donner sa recette, que je m'empresse de partager avec vous, car les bonnes choses sont faites pour être partagées !
La recette est simple, rapide, il suffit juste d'utiliser les bons produits, en l’occurrence, une courge butternut, du lait de coco et un bouillon de légumes, et de disposer de 30 minutes en tout. Facile non ?
J'ai utilisé le Bouillon aux légumes à diluer de la marque Rapunzel, en vente dans les magasins Biomonde La Rochelle et Biocoop Surgères, par exemple.

INGRÉDIENTS POUR 6


  • 1 belle courge butternut 
  • 1 C à soupe d'huile d'olive
  • 1 grande boite de lait de coco
  • 500 ml de bouillon

PRÉPARATION


- Épluchez la courge, ôtez ses pépins et coupez sa chair en dés
- Faites chauffer l'huile d'olive dans une casserole, faites-y revenir la courge, ajoutez le lait de coco et le bouillon
- Laissez cuire doucement 10 à 15 min
- Mixez finement et dégustez

mardi 11 février 2020

Pavé de saumon aux amandes, caviar d'aubergines et riz basmati

Rien de bien original à proposer une recette de saumon frais, mais c'est sa cuisson et son accompagnement qui m'ont séduite dans celle-ci, proposée sur la blogsphère.
De manière générale je n'aime pas cuisiner le saumon le soir car, et malgré la ventilation de la hotte, je trouve qu'il laisse une odeur un peu forte dans la cuisine. Et là, justement, sa cuisson au four l'évite et autre avantage, pas négligeable, pas besoin de nettoyer une poêle un peu grasse...
Le caviar d'aubergines apporte une touche de fraîcheur et remplace avantageusement une sauce, souvent un peu trop riche, le saumon étant déjà suffisamment gras.
Servi avec un riz basmati, ce plat est savoureux et parfaitement équilibré.

lundi 20 janvier 2020

Gâteau au citron et chocolat blanc "Torta caprese al limone" Sans gluten


L'Italie, occupe une place toute particulière dans mon cœur, parce que c'est le pays d'origine de ma famille maternelle, et j'éprouve un besoin, quasi viscéral, d'aller de temps en temps, m'y promener, de flâner sur les marchés pittoresques et de découvrir, au fond d'une ruelle fleurie, une trattoria, où l'on se régale de cuisine traditionnelle, simple, délicieuse et en général, à des prix raisonnables.
Lors de mon dernier séjour, à Rome, j'ai apprécié de trouver dans ces établissements, des plats sans gluten, savoureux et même des desserts. Chez "Pantha rei", petite trattoria, tout près du Panthéon, j'ai dégusté un Tiramisu "gluten free", c'était la première fois que j'en dégustais un, sans gluten (en dehors de chez moi bien sûr) et cela mérite d'être souligné😋.

En général je rapporte des magazines et des livres, consacrés à la cuisine italienne, et, dès mon retour à la maison, j'ai une "furieuse envie" de cuisiner "italien".

Commençons par les desserts, et sans gluten, on ne va pas se gêner, mais attention, du gluten free "bon", il ne manquerait plus que l'on se punisse😀.

Aujourd'hui, la classique Torta caprese al limone et chocolat blanc. Le terme caprese qui s'applique à différentes recettes, salées ou sucrées, gâteau, tarte, salade, pizza, indique que la recette est originaire de Capri. Je ne suis pas bien sûre d'ailleurs, que toutes les recettes portant ce nom, en soient originaires, mais peu importe, le nom est si beau.

Dans la recette d'origine, on utilise du chocolat blanc, mais comme j'avais dans mon placard du chocolat Valhrona Inspiration Amande, un chocolat ivoire à la saveur intense d'amandes, j'ai choisi de l'utiliser à la place, histoire de renforcer le goût.

Vous apprécierez ce délice à tout moment de la journée, petit-déjeuner, goûter avec un chocolat chaud, et en dessert avec une salade d'agrumes ou une crème anglaise.

mercredi 15 janvier 2020

Lapin à la Charentaise, à la cocotte minute

La cuisine évolue sans cesse, et ces évolutions apportent leurs lots de bonnes, mais aussi de mauvaises choses.
Aujourd'hui, la tendance, notamment en restauration, est aux aliments cuisinés simplement, au dernier moment et servis à l'assiette,avec des sauces "courtes". 
Ainsi, nous dégustons des poissons, viandes et légumes, dont la saveur est au plus près de son origine, et c'est très bien.
Mais, encore faut-il que l'on ait le temps, et ou, l'envie, de préparer et de cuisiner ces recettes, par exemple, en fin de journée, après des heures de travail et que nos convives, en l’occurrence nos enfants et conjoints, fourchettes et couteaux à la main, nous disent : on a faim, on a faim. Et là, il faut développer toute son ingéniosité, pour cuire, juste à cœur, les filets de poisson ou de poulet, et en même temps, les petits légumes, d'autant qu'une petite sauce, pour napper le tout, serait bienvenue.
Bien sûr, il y a la possibilité, de passer au micro ondes, un plat tout prêt du commerce, mais avouez que de temps en temps, notre petite bonne conscience nous envoie un message, genre "c'est pas top !"

Heureusement, d'autres possibilités existent, par exemple, recourir à des méthodes de cuisson, un peu datées aujourd'hui et pourtant...
C'est le moment de ressortir la bonne vieille cocotte minute du placard, où elle dort depuis quelques décennies.
Pour commencer, un peu d'histoire. C'est Denis Papin, oui l'inventeur de la machine à vapeur, qui a eu l'idée de créer une marmite, capable de transformer à la cuisson des aliments durs en aliments mous, et nommée le Digesteur.  Oui, cela ne fait pas rêver, mais à l'époque, les viandes étaient un peu plus coriaces qu'aujourd'hui.
Il faudra attendre près de 300 années de plus, pour que naisse, un objet lui ressemblant, la Cocotte minute, marque déposée par SEB en 1954. D'ailleurs, de manière générale, cet ustensile, également fabriqué par d'autres marques, se nomme autocuiseur.
Ma grand-mère, ma mère, s'en servaient et je me souviens de la tendreté des viandes et légumes cuits dans un autocuiseur.
Il y a assez longtemps, j'ai acheté un autocuiseur, que j'ai peu utilisé, trouvant qu'il ne correspondait pas à ma façon de cuisiner. Et puis, comme je le dis, un peu plus haut, nous évoluons, comme la cuisine. Sans bien y réfléchir, j'ai ressorti ma "cocotte minute", ouvert son livret de recettes, et j'ai apprécié, la saveur préservée, le côté mijotage et le moelleux des viandes, et bien sûr la rapidité.
Depuis, elle passe plus de temps, en cuisine, que dans son placard, et j'ai adapté mes propres recettes.

Le bœuf bourguignon, le pot au feu, le rôti de porc, la choucroute, autant de recettes qui nécessitent un temps assez long de préparation en cocotte ordinaire, peuvent se cuisiner en un temps record, et pour un résultat bluffant.

Ainsi, désormais, je cuisine le lapin à la charentaise en 30 minutes, top chrono, 10 minutes pour la préparation et 15 à 20 minutes, pour une viande presque confite et des légumes fondants, le temps de cuisson varie un peu en fonction de la taille de la viande.